La FIFA interdit à vie le président de la fédération haïtienne de football

La commission d’éthique de la FIFA a reconnu Jean-Bart coupable d' »abus de pouvoir et de harcèlement sexuel et d’abus de diverses joueuses, y compris mineures » de 2014 à cette année.

la fifa-interdit-a-vie-le-president-de-la-federation-haitienne-de-football

Le président de la fédération haïtienne de football, Yves Jean-Bart, a été interdit à vie de pratiquer ce sport vendredi, suite à des accusations d’abus sexuels systématiques sur des joueuses.

La commission d’éthique de la FIFA a reconnu Jean-Bart coupable d' »abus de pouvoir et de harcèlement sexuel et d’abus de diverses joueuses, y compris mineures » de 2014 à cette année.

Il a également été condamné à une amende d’un million de francs suisses.

Yves Jean-Bart a nié ces allégations, qui concernent des joueurs de l’équipe nationale.

Les accusations ont été révélées pour la première fois par le journal britannique The Guardian en avril.

Un appel sera déposé auprès du Tribunal arbitral du sport, a déclaré un porte-parole de Jean-Bart dans un communiqué.

« La décision de la FIFA est une parodie de justice et une manœuvre purement politique pour éviter de nouvelles controverses et une mauvaise presse après une série de scandales très médiatisés », a déclaré le porte-parole Evan Nierman.

Les abus se seraient produits au centre national de formation du pays à la Croix-des-Bouquets, que la FIFA a contribué à financer. Il était connu sous le nom de « The Ranch ».

Le groupe de pression a demandé aux autorités de l’État haïtien d’enquêter sur ces allégations et de protéger les joueurs, qui ont également déclaré avoir été intimidés et menacés.

« Ce n’est pas le cas d’une seule pomme pourrie », a déclaré Minky Worden, directrice des initiatives mondiales de Human Rights Watch, avant le verdict de la FIFA.

« Les athlètes ont témoigné que de nombreux autres officiels de la Fédération haïtienne de football – responsables de leur sécurité – soit ont participé à des abus sexuels, soit savaient et ont fermé les yeux. »

Trois autres officiels de la fédération haïtienne ont été suspendus de leur travail pendant que les enquêteurs de la FIFA rassemblent des preuves, le directeur technique Wilner Etienne, la superviseure des filles du centre national Nela Joseph et l’entraîneur adjoint Yvette Félix.

Les responsables de la Fédération sont accusés d’être « les principaux, les complices ou les instigateurs » de ces abus systématiques, a déclaré la FIFA vendredi.

Jean-Bart a été « réellement investigué et innocenté » par le système judiciaire en Haïti, a déclaré son porte-parole.

« La FIFA n’a pas examiné les preuves réelles, c’est pourquoi le Dr Jean-Bart s’attend à être totalement exonéré et réintégré après avoir fait appel au Tribunal arbitral du sport », a déclaré M. Nierman.

Depuis que les allégations ont été révélées, la FIFA s’est engagée à travailler sur la protection des joueurs dans le cadre d’un accord avec l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime.